Rose-Croix d'Or

Qui a créé l’École de la Rose-Croix d’Or ?

La Rose-Croix d’Or se rattache t’elle à une filiation spirituelle ?

Quel est le but de la Rose-Croix d’Or ?

Que représente le symbole de la rose et de la croix ?

Comment est dispensé l’enseignement de la Rose-Croix ?

Quelles sont les orientations sociales (politique, profession, médecine…) de la Rose-Croix ?

Quelle est la méthode de travail de la Rose-Croix d’Or ?

Quelles sont les étapes de l’initiation pour les élèves de la Rose-Croix d’Or ?

Quelle est l’organisation matérielle de l’École de la Rose-Croix d’Or ?

D’où vient l’argent de la Rose-Croix d’Or, comment est-il employé ?

Comment devient-on élève de la Rose-Croix d’Or ?

Qui a créé l’École de la Rose-Croix d’Or ?

Les fondateurs de l’École de la Rose-Croix d’Or, Jan van Rijckenborgh (1896-1968) et Catharose de Petri (1902-1990), en recherchant les fondements du Christianisme intérieur, se tournèrent vers la puissante idée de la pure Rose-Croix.

Désirant aller au-delà des tentatives déjà menées par Rudolf Steiner et par Max Heindel, leur cheminement spirituel les amena à témoigner :
« Notre recherche nous a clairement montré qu’en dehors de ce monde divisé existe un Royaume Originel, un règne dépassant de loin les domaines supérieurs du Nirvana eux-mêmes, et se distinguant nettement de notre nature et de ses deux sphères : l’ici-bas et l’au-delà. Nous avons découvert que tous ceux qui s’étaient efforcés de l’atteindre avaient parcouru les mêmes chemins, entrepris leur quête selon une structure précise, partout semblable ».

Il en découla, dès 1924, la diffusion d’un enseignement et l’édification d’une École Spirituelle, nouveau maillon de la vaste chaîne d’instructeurs et de communautés qui s’adressent à cette toute autre dimension de nous-mêmes qu’évoque ainsi le poète : « l’homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux ».

La Rose-Croix d’Or se rattache t’elle à une filiation spirituelle ?

La mission des Écoles spirituelles de tous les temps est de permettre au candidat d’opérer la libération de l’Homme Originel qu’il porte en lui, latent. Cette dimension divine de l’être humain lui a été rappelée sans cesse par les grands envoyés : Jésus, Bouddha, Hermès, Lao-Tseu, Krishna… Les textes sacrés et les hommes qui vécurent ce chemin en témoignent : des philosophes comme Platon, des sages comme Apollonius de Tyane, des apôtres comme Paul, des pionniers infatigables comme Giordano Bruno et Paracelse, des mystiques comme Jacob Böhme et maître Eckhart.

Les principales fraternités à laquelle se rattache l’École Spirituelle sont :

>   les différentes communautés gnostiques du début de l’ère chrétienne, dont celles fondées par Paul ou par Valentin ;
>  les manichéens dont le rayonnement perdura près de douze siècles, du 3ème au 15ème siècle, et s’étendit de l’Afrique à la Chine ;
>   les cathares et les bogomiles, ceux que l’on appelait les « Parfaits », les « Purs », firent rayonner du sud au nord de l’Europe, dans les Balkans, le « pur amour chrestien », entre le 10ème et le 14ème siècle ;
>   les Rose-Croix du 17ème siècle qui annoncèrent la Rose-Croix moderne, œuvrèrent au moment de la Renaissance française, à partir de l’Allemagne. Ils révélèrent à nouveau, dans le mythe des « Noces Alchymiques de Christian Rose-Croix », tout le chemin d’initiation qui conduit le candidat à la Maison du Père, l’État de Perfection Originelle.

Quel est le but de la Rose-Croix d’Or ?

L’enseignement de la Rose-Croix d’Or s’enracine dans le pur christianisme gnostique de l’origine : éveiller l’étincelle divine dans la grotte du cœur – Bethléem – et par les sept miracles symboliques – des noces de Cana à la résurrection de Lazare – ressusciter le Christ intérieur.

C’est accomplir la mission évangélique : « j’ai dit : vous êtes des Dieux », « Ce que j’ai fait, vous le ferez aussi et des choses plus grandes encore ». Les Rose-Croix estiment que cette réalité du Christianisme est encore à découvrir. C’est pourquoi ils œuvrent dans le monde afin de témoigner de cette religion universelle vivante, non entachée de dogmes et de compromissions, qui visent à l’éveil de la dimension spirituelle en chacun.

La Rose-Croix nie que le Royaume Divin se situe après la mort. Elle considère que l’au-delà est une immense mystification dont les innombrables maîtres, dieux et esprits de toutes sortes sont nés des spéculations religieuses et occultes des hommes. L’au-delà est le grand piège qui maintient l’humanité prisonnière de l’illusion.

La Rose-Croix tente de libérer l’homme de cette emprise en le reliant à la Gnose, la source de toute vie. Par la liaison avec ce domaine de vie parfait, l’homme peut être conduit de son état mortel à sa réalité divine. Ceci représente tout un processus qui englobe tant le corps et la conscience que l’âme et l’esprit. Il mène à la libération de la roue des naissances et des morts. C’est en effet ici et maintenant, pendant cette vie, que notre conscience, reliée à l’étincelle de lumière du cœur, peut s’ouvrir de nouveau au monde des véritablement vivants.

Que représente le symbole de la rose et de la croix ?

Ce symbole est un résumé complet de la vocation de la Rose-Croix : faire fleurir la rose d’une conscience libre au cœur de la croix que forme le corps humain. Aller ainsi vers cette nouvelle conscience redonne à notre vie superficielle toute sa valeur et sa profondeur, tout son sens initiatique, et ainsi réalise l’exigence chrétienne d’amour envers Dieu et envers son prochain.

Comment est dispensé l’enseignement de la Rose-Croix ?

L’enseignement est donné essentiellement de manière orale dans les lieux consacrés au travail de la gnose que sont les temples de l’École Spirituelle. Il existe également une littérature abondante écrite par Jan Van Rijckenborgh et Catharose de Petri dont nous pouvons citer entre autres : « La gnose universelle », « La gnose originelle égyptienne », « La gnose chinoise » et un magistral commentaire des trois manifestes de la Fraternité de la Rose-Croix du début du 17ème siècle.

Au travers de ces textes apparaît le vaste processus des transformations de la conscience et de la reconstruction d’une âme capable de saisir les profondeurs de l’Esprit.

Ces ouvrages sont diffusés par les Editions du Septénaire.

Quelles sont les orientations sociales (politique, profession, médecine…) de la Rose-Croix ?

L’enseignement de la Rose-Croix d’Or n’est pas réservé à une élite, mais à ceux dont « le cœur est pur et les intentions élevées ».

L’École de la Rose-Croix d’Or n’intervient nullement dans les choix de vie personnels (profession, éducation des enfants, santé, opinions politiques…).

Elle laisse à chacun le soin de déterminer la nature de son engagement. Elle part naturellement du principe qu’une vie saine et équilibrée ne peut que soutenir un processus spirituel.
Elle compte parmi ses membres des hommes et des femmes de toutes catégories sociales, de toutes origines culturelles et religieuses. Dans cette diversité d’expériences et de vécus, son enseignement permet de créer un climat de tolérance et d’ouverture propice à l’éclosion d’une réelle Fraternité.

Quelle est la méthode de travail de la Rose-Croix d’Or ?

L’enseignement de la Rose-Croix d’Or est transmis lors de réunions, et aussi lors de Services de Temple et de séminaires.

La rencontre de l’enseignement et de l’atmosphère particulière d’un Temple aide à l’éveil du plan de régénération spirituelle présent en chacun. Mais c’est à l’élève de transformer cette incitation en réalisation.

Les élèves peuvent assister chaque mois à des Services de Temple. D’autre part, lors de séminaires de fin de semaine, ayant lieu chaque mois dans les différents Centres de Conférence régionaux, il est possible aux élèves de venir se ressourcer et d’assister à un cycle de conférences développant un des thèmes de l’enseignement gnostique.

Il s’agit d’un chemin de révélation et de connaissance de soi, dont la réalisation incombe à chacun. Le candidat tente d’introduire dans sa vie quotidienne les éléments de renouvellement de la conscience reçus lors des activités de l’École de la Rose-Croix. Ces éléments le placent devant un processus alchimique engageant tout son être, processus prenant appui sur l’étincelle de lumière du cœur, centre de son microcosme.

Par ailleurs, des conférences publiques sont régulièrement organisées afin de permettre au public chercheur d’entrer en contact avec la Rose-Croix d’Or.

Quelles sont les étapes de l’initiation pour les élèves de la Rose-Croix d’Or ?

Les élèves passent progressivement par des phases d’engagement dans un processus intérieur de renouvellement. Ils s’élèvent dans ces degrés selon leur aspiration. Ce processus est rendu possible par une atmosphère spirituelle élevée, caractéristique de la relation d’une telle école avec le « domaine de vie originelle ».

Le stade de membre permet au candidat de se familiariser avec l’enseignement et les activités de l’École. Le membre prend connaissance de l’enseignement par ses lectures, ses échanges avec les autres membres et les élèves et en assistant aux réunions et activités de temple. Ses prises de conscience proviennent également de ses expériences de vie. Ainsi, cela mène graduellement à une plus grande connaissance de soi et à une libération graduelle des illusions, inhérentes à toute vie humaine. L’étape de membre n’a pas de durée déterminée, elle peut être plus ou moins longue et peut à la limite durer toute la vie.

Le stade d’élève exige du candidat la volonté de réaliser le processus de transformation intérieure. L’élève est relié à la finalité du chemin dans lequel il va progresser de découvertes en découvertes. Il acquiert des éléments de connaissance de lui-même (ses automatismes, ses mécanismes, son fonctionnement et ses possibilités) lui permettant de devenir plus lucide de lui-même ainsi que du monde qu’il habite. Cette nouvelle connaissance l’emmène à la mise en pratique d’un comportement qui va permettre l’émergence d’une conscience apte à saisir pleinement les lois d’une vie nouvelle. Cette transformation de la conscience va l’emmener graduellement aux portes des quatre stades suivants, plus intérieurs, représentent la reconstruction de l’Être-Âme immortel.

Quelle est l’organisation matérielle de l’École de la Rose-Croix d’Or ?

La Rose-Croix d’Or est une École initiatique dont le fonctionnement et l’enseignement reposent sur une nécessaire organisation matérielle.

Présente dans plus de 40 pays, elle regroupe environ 15 000 élèves et membres actifs et des milliers d’auditeurs libres. La Rose-Croix d’Or au Québec est un organisme sans but lucratif également connue sous la dénomination internationale de « Lectorium Rosicrucianum ». Elle est affiliée à la fondation internationale du même nom, dont le siège central se trouve à Haarlem, aux pays bas. Elle a pour but, selon ses statuts, de « répandre l’Enseignement gnostique universel sur la base d’un christianisme vivant sur lequel son activité repose », par l’organisation de séminaires (conférences de renouvellement), de services de temple, de réunions, de soirées publiques d’information.

Il existe au Québec un centre de ville à Montréal et un centre de conférences à Sutton, dans les Cantons de l’Est.

D’où vient l’argent de la Rose-Croix d’Or, comment est-il employé ?

Tous les financements de la Rose-Croix d’Or proviennent des cotisations de ses membres (10$/mois) et de ses élèves (50$/mois) et de dons. Ces cotisations sont totalement utilisées pour les frais de fonctionnement, le maintien en état des locaux et l’organisation de conférences pour le public.

Comment devient-on élève de la Rose-Croix d’Or ?

Après avoir pris contact avec l’École et avoir assisté à quelques activités, il est possible de demander de devenir membre. Le membre paie une cotisation mensuelle et assiste aux activités de l’École selon ses désirs et ses disponibilités.

Après un certain temps, lorsqu’il se sent intérieurement prêt, il peut demander à devenir élève. L’élève paie une cotisation plus élevée et assiste aux activités sur une base régulière.

C’est chacun qui décide quand il devient membre ou élève de l’École. Chacun poursuit son cheminement à son propre rythme et décide de son niveau d’engagement. Quelque soit son grade, un candidat peut mettre fin à son adhésion et son engagement envers l’École à tout moment. Un élève peut également redevenir membre s’il juge que cela correspond mieux à son engagement envers l’École.